La pratique de l'humour dans la relation d'aide

 

Pourquoi aborder l'humour dans le travail social, thérapeutique et institutionnel ?

Au-delà du difficile choix d'un thème qui puisse rassembler l'ensemble des acteurs de l'APSA, à l'heure où les détresses sociales se massifient et se complexifient, où les risques psychosociaux sont omniprésent dans nos réflexions managériales, il m'a semblé particulièrement opportun de proposer un recul sur nos pratiques qui ouvre au sourire, qui nous invite à poser un regard nouveau sur le traitement des conflits, qui souligne la dimension essentielle du plaisir dans nos pratiques quotidiennes et qui rappelle que, dans tous les cas, s’il est important de travailler sérieusement, il est dangereux de se prendre trop au sérieux…

 

L'humour: A bannir pour certains face à des situations sociales et humaines dramatiques, indispensable pour d'autres pour relativiser et supporter l'insupportable…

Face à l'accroissement de la précarité, à la pression de la demande sociale, les travailleurs sociaux, et en général les professionnels du secteur médico-psycho-social peuvent avoir toutes les raisons de s'enfermer dans le registre triste et mortifère de la doléance et de la plainte.

Pour se protéger de l'usure et affronter au mieux toutes ces difficultés, l'approche de la relation à l'autre par l'humour peut être, parfois, un instrument pertinent de l'accompagnement, de lien social, de complicité, notamment en colorant la relation d'une authenticité, d'une spontanéité et d'un plaisir qui favorise l'échange avec l'usager… sans oublier l’intérêt de ce pas de côté, à la fois source et conséquence d’une prise de recul avec la réalité, ce qui constitue le fondement du travail relationnel de nos professions.

Il ne s’agit évidemment pas de faire le charlot pour entrer en relation avec l’autre; mais le sens de l’humour améliore indiscutablement les compétences relationnelles de celui qui sait en faire preuve.

Rire et faire rire constituent, sans aucun doute, un socle autour duquel une relation de qualité trouve les moyens de s’articuler. Toutefois, l’humour ne saurait être la planche de salut indispensable et systématique ; il ne suffit pas de rire dans la relation pour effacer les traces des souffrances vécues.

Le rire à usage professionnel n’est pas cet éclat de vivre spontané qui signe le lien ; il est davantage à rechercher dans celui qui unit deux êtres que tout sépare mais qui prennent le risque de chercher à s’entendre. Suffisamment maitrisé, le rire peut prétendre être cet outil de développement qui permet parfois de réaliser des merveilles…

 

 Humour et bienveillance, un coule inséparable :

« On peut rire de tout, mais pas avec n’importe qui. » (Pierre Desproges). On ne peut également pas rire n’importe quand, ni pour n’importe quelle raison.

L’humour n’est possible, dans la relation d’aide, que dans le respect de l’autre. Il ne doit jamais tomber dans les travers de l’ironie, du sarcasme, du dénigrement et de la moquerie. Il doit nécessairement être bienveillant et créateur de lien. L’humour, c’est partager avec l’autre. Ainsi, il facilite la relation et peut devenir le meilleur chemin d’un homme à un autre.

Une relation d’humour doit toujours favoriser l’expression et l’accomplissement des besoins psychosociaux de ceux qu’elle relie. C’est à cette seule condition, lorsque le rire se fait épanouissement et constructeur, que l’humour peut venir enrichir la relation.

L’humour permet alors de dire l’indicible et de pouvoir penser l’impensable. Il aide à s’appareiller contre les interdits de penser. Il offre un espace de partage et de réassurance. Il vient nous aider à nous questionner sur notre pratique et notre vision du monde. C’est une liberté essentielle qui permet de prendre de la distance avec notre vécu professionnel… Il nous rappelle que le verbe n’est pas la chose et que nous sommes des artisans de la relation à la recherche de possibles, pas d’une vérité unique…

L’humour fait voler les vérités révélées en éclats… de rire - d’un rire qui, lorsqu’il est partagé, vient aider à faire groupe, à questionner nos rituels d’appartenance et à consolider notre appartenance à l’équipe… Il vient assouplir certaines rigidités institutionnelles et permet d’accéder à plus de créativité.

 

 

« Tant qu’il poussera à aimer la vie, l’humour s’imposera toujours comme une des plus précieuses trouvailles de l’humanité »