Quand le désespoir signe un drame humain !

Un homme, demandeur d’asile, accueilli au C.H.R.S. Schaffner depuis le 12 septembre 2012 suite à une orientation de la DDCS du Pas de Calais élaborée dans le cadre d'une évacuation d'un squat de Calais... s’est immolé, ce vendredi après-midi, dans les locaux de la Cour nationale du droit d’asile (CNDA), à Montreuil (Seine-Saint-Denis).

...

Cet homme de 38 ans, de nationalité tchadienne, revenait à la CDNA après le rejet de sa demande d’asile déposée en février, et s'est aspergé d’essence avant de se mettre le feu avec un briquet. Cet instance venait de mettre définitivement fin à ses espoirs d'obtenir le statut de réfugié en France !

Il s'y était rendu pour savoir comment obtenir le réexamen de sa situation. C'est en effet cette cour qui est compétente pour statuer sur des recours formés contre les décisions de l’Office français de protection des réfugiés et apatrides (Ofpra).


Selon la préfecture de Seine-Saint-Denis, le pronostic vital n'est pas engagé même s'il est dans un état critique, avec des brûlures au visage, aux bras et aux mains.

Monsieur A... est trés apprécié du colectif des usagers du C.H.R.S. et de l'équipe éducative qui s'inquiétent vivement de son état de santé...

Discret, courageux, toujours disponible pour rendre service à la collectivité, parlant correctement le français, Monsieur A... avait pourtant démontré sa volonté d'intégration... tout au moins, au sein de notre établissement.


Une simple brève dans quelques rares journaux, qui relate les faits sans émotion, voire même sans compassion, et cette affaire est déja oublièe ! ... Malgré les drames quotidiens qui jalonnent les côtes de la Méditerranée, malgré la situation dramatique à Calais, ce drame humain qui nous touche aujourd'hui dans nos consciences endormies a le gout de la colère.

Comment un espoir brisé peut-il conduire à une telle extrémité ! Comment ne pas se révolter contre la gestion indigne des migrants de Calais, l'inhumanité du droit français des étrangers et son application souvent psycho-rigide ! Comment ne pas se sentir coupable de n'avoir pas su prévoir ce passage à l'acte et de n'avoir pas pu accompagner cet homme vers d'autres possibles ! ...