Devant Manuel Valls, l’APSA s’est fait « le porte-voix des sans voie »

" Lors de la visite de Manuel Valls, mercredi matin, une table ronde était organisée au Louvre-Lens. L’occasion de donner la parole pas seulement aux élus mais aussi aux acteurs locaux. À l’instar de Marc Demanze, directeur général de l’Association pour une solidarité active qui, fidèle à lui-même, s’est fait le « porte-voix des sans voix ».

Le tour de table a été rapide mais chacun a pu s’exprimer au sujet de l’habitat minier. Le maire de Lens, la vice-présidente de Région, le président du Département, le président de Maisons et Cités… Mais aussi des acteurs locaux comme Marc Demanze, directeur général de l’Association pour une solidarité active (APSA), qui a élargi le débat pour ne pas le cantonner à la rénovation du bâti mais évoquer l’habitat dans sa globalité, notamment en termes d’accessibilité. « Pour avoir chaud chez soi, il faut avoir un chez soi. Je me fais le porte-voix des sans voix », introduisait le travailleur social, fidèle à lui-même.

« Malgré les efforts considérables de l’État, pour certaines personnes il est toujours très difficile d’accéder au logement, notait-il. Il faudrait repenser les dispositifs notamment pour le public jeune pour lequel il faudrait des passerelles. Et les gens doivent être associés à la démarche, sans ça, ça ne fonctionnera pas. »

Eviter les hausses de loyer

Et de souligner un autre souci rencontré par de nombreuses personnes auxquelles son association vient en aide au quotidien : « Les rénovations actuelles de l’habitat social s’accompagnent généralement d’une hausse du loyer, ce qui ne permet pas de profiter de la baisse des charges liée à la rénovation. Du coup, on a toujours autant de dossiers de recouvrement, etc. Il faudrait être vigilant là-dessus. » Une question qui est du ressort des bailleurs. Et des propos salués et même repris par Manuel Valls. "

Article "La voix du Nord", Publié le 29/06/2016 - par AUDREY HALFORD - Photo SÉVERINE COURBE