Vu dans les medias

Pour la famille Krzyczczyk, ces fenêtres encore blindées, rue Crépin, sont synonymes de liberté. Hier, le bailleur Maisons et Cités lui a remis les clés de son nouveau nid, le logement qu’elle occupait précédemment étant devenu insalubre. Autre sésame: celui délivré par l’APSA, association mandatée par le bailleur social pour les aider à sortir du tunnel administratif dans lequel elle s’était perdue et que nous avions révélé. Aujourd’hui, la famille prend « un nouveau depart ».

L’Association pour la solidarité active (APSA), basée à Lens, est sur tous les fronts lorsqu’il s’agit de lutter contre les exclusions

Lens: même précaire, l’espoir d’un retour à l’emploi durable renaît dans les ateliers de l’APSA......Article de la Voix du Nord du 6 juin 2013

Un nouveau niveau du plan « grand froid » a été déclenché lundi. Officiellement, il permet l'ouverture de nouvelles places dans les centres d'hébergement. Dans les faits, cela ne change pas grand-chose pour le samu social de Lens.

 Coup d'main, émanation de l'Association pour une solidarité active, fait partie du club des six associations intermédiaires du secteur Lens-Liévin et Hénin-Carvin qui ont décidé d'unir leur efforts (notre édition du 23 mars). Celle-ci se différencie d'une agence d'intérim par l'accompagnement des personnes qui sont sous contrat avec elle. Un de ses objectifs est de se faire connaître auprès des entreprises qui remportent des marchés où figure une clause d'insertion.

A l'occasion du temps fort "Famille-Ecole" qui s'est tenu à Harnes le 22 mai dernier, trois associations lensoises ont apposé leur signature sur le livre d'OR des REAAP 62 officialisant ainsi leur adhésion au réseau départemental et leur engagement dans le soutien à la parentalité.

Depuis 45 ans, l'Association Pour la Solidarité Active (A.P.S.A.) agit pour les plus démunis et les sans-abris. Au fil des années, ses compétences se sont étoffées pour répondre aux besoins, de plus en plus nombreux. Face à la baisse des subventions, les équipes font face et innovent. Elles sont sur le terrain, la base de leur métier, mais elles s'ouvrent également à la communication, notamment avec un site Internet qui va être paufiné par deux stagiaires.

C'est au centre culturel Prévert que le comité local REAAP 62 Famille en sol mineur vient d'organiser une journée rencontre débat ouverte aussi aux professionnels de l'Education Nationale.

C'est au centre Dumas que la direction territoriale Artois-Gohelle Lens-Liévin de Pas-de-Calais Habitat a présenté la troisième et dernière phase des travaux de remise en peinture des parties communes de 323 logements à la Grande résidence. Ce chantier a permis de mettre en place douze contrats d'insertion pour des Lensois, encadrés par les associations Récup'tri et A.P.SA. (Association Pour la Solidarité Active) dans le cadre du contrat de rénovation urbaine.

Le conseil municipal a profité du 8 mai pour remettre la médaille d'honneur de la ville à un concitoyen lensois. Adonis Roger, 77 ans, a reçu cette récompense des mains de Philippe Rayter, conseiller municipal mais également garde d'honneur de la nécropole nationale de Lorette,  comme lui.

Faire ses études n'empêche pas de regarder autour de soi. A l'IUT, cinq étudiantes en première année de GEA (Gestion des Entreprises et des Administrations) se sont rapprochées de l'Association Pour la Solidarité Active (A.P.S.A.) qui s'occupe notamment des sans-abri dans l'arrondissement de Lens.

Les habitants de la résidence Jacques Brel, les membres du club du 3ème âge Détente et amitié, les riverains, étaient conviés vendredi soir, à une réunion publique sur le devenir de l'immeuble et les aménagements souhaités dans la cité.

L'association L'Ancre bleue a rouvert ses portes. Elle a en effet trouvé de nouveaux murs pour installer son bar sans alcool et redémarrer ses activités au 11, square du Grand Condé, la petite place entre la rue Defemez et la place Gambetta.

A.P.S.A. Plan Grand Froid - Reportage France 3 du 17 Février 2012

Dans l'urgence. Voilà une dizaine d'années environ que des caravanes de Roms sont installées dans le secteur et l'on gère toujours leur quotidien dans l'urgence. "On" ce sont les associations. Car du côté des élus, les avancées sont très timides. Et en ce moment, sous -10° et sans eau, les conditions d'hygiène sont plus que dramatiques. "Du jamais vu", selon Sandrine Leroy du Collectif Fraternité Roms.

Pages