Vu dans les medias

Les météorologues annoncent une journée "nuageuse dans l'ensemble", mais à Lens, chaque jeudi de l'Ascension est coloré !

Un couple qui se sépare et ce sont toutes les cartes de la relation parents-enfants qui sont redistribuées, voire brouillées. Dans le couteau suisse solidaire de l'A.P.S.A. (Association Pour la Solidarité Active), La Parentèle est la structure qui aide depuis dix ans les familles à faire face à ces épreuves et à trouver un terrain d'entente, entre autres vocations. Rencontre avec le géniteur de La Parentèle et directeur de l'A.P.S.A., Marc Demanze.

Basée à Lens, l'A.P.S.A. est la seule association spécialisée dans l'hébergement d'urgence de l'arrondissement de Lens. Elle intervient également auprès des SDF de l'agglomération Hénin-Carvin. Plus qu'avant. Pas forcément parce que les besoins se sont accrus, mais parce que cette réalité n'est plus négligée par les élus locaux.

Jusqu'à lundi, on s'attend à des températures nocturnes ressenties (qui tiennent compte du vent) échelonnées entre moins 5°C et moins 10°C.

Dans la salle d'honneur de la mairie, Guy Alexandre adjoint au maire, a présenté lors d'une réunion publique le projet de construction d'une maison relais sur un terrain communal situé à l'angle des rues Salengro et du Général-de-Gaulle près de la halle Salengro.

Si le maire de Loison, Daniel Kruszka, a reçu, lors de la cérémonie des voeux à la population la médaille d'honneur régionale, départemantale et communale des mains de Jean-Pierre Kucheida et Guy Delcourt, un autre élu a eu droit à de tels égards. Jacques Peloille, adjoint au maire chargé des affaires sociales a lui aussi été "épinglé".

Lors de la cérémonie des voeux à la population, qui s'est déroulée ce dimanche 10 janvier au complexe sportif Léo-Lagrange, Alain Roger, maire de la commune, a rappelé "que l'année 2009 avait été axée sur le développement de la cité et que cette année verra donc la continuité des projets entrepris l'année dernière"

Le froid s'est plus qu'installé dans la région, incitant la préfecture du Pas-de-Calais à déclencher le niveau 2 du plan grand froid depuis la mi-décembre.

Quarante-huit places. Quarante-huit migrants. Quarante-huit heures. Voilà la mission de la résidence sociale du Hameau d'Epinoy à Carvin. Hier, les travailleurs sociaux ont accueilli 48 Afghans mineurs de Calais, des garçons âgés de 12 à 18 ans, pour une durée maximum de 48 heures. Mais resteront-ils aussi longtemps ?

Hier, la résidence sociale du hameau d'Epinoy a été sollicitée par le préfet pour accueillir des migrants de Calais. 48 Afghans mineurs, des garçons âgés de 12 à 18 ans, sont arrivés en début d'après-midi, escortés par les services de police. Pendant 48 heures, ils seront accueillis chez le bailleur Adoma et soutenus par des travailleurs sociaux. Pas question de les "fliquer", l'accueil se veut "humain".

Anne-Marie VANCAUWELAERT a ouvert une série de discours au centre Vachala.

Pages