Et si le confinement nous était conté

des semaines qui sont venues rompre cet élan irrésistible qui mène les personnes sdf à la rue, à la solitude, à la misère. Un épisode finalement assez heureux, sur fond noir, qui pourrait nous amener à réinterroger nos pratiques ...